Belette

Belette

Mustela nivalis

 

Description, alimentation

Elle mesure de mesure de 17 à 27 cm de longueur, queue comprise, pour un poids de 65 à 90 grammes pour la femelle, 90-125 grammes pour le mâle : c’est le plus petit carnivore d’Europe.

Son pelage est châtain sur le dessus, et blanc crème sur le ventre et le poitrail. Sa silhouette est fuselée, aérodynamique, svelte, elle peut se faufiler dans une galerie de 23 millimètres de diamètre. Les oreilles sont courtes et rondes, la queue fine et courte.
Elle vit en moyenne 3 ans.

La belette consomme principalement de petits rongeurs (campagnols, mulots). Elle complète ce régime par de petits serpents et des oiseaux, parfois des lapins et, de temps en temps, des batraciens.

Ses prédateurs sont le renard, chat, chien, hermine, chouette.

En savoir plus sur Wikipedia ou Lelision

 

 

Raisons de son statut

Elle peut être considérée comme nuisible uniquement pour ses visites nocturnes dans des poulaillers et ses attaques sur le gibier relâchées par les chasseurs.

La belette chasse quasiment exclusivement des petits rongeurs, lorsqu’elle vient dans un poulailler, c’est à la recherche de rongeurs. Une fois sur place, le fait que les poules ne fuient pas vont l’exciter et elle pourra réaliser de gros carnages. La solution la plus simple ? Empêcher qu’elle se faufile dedans.

Pour les perdreaux et autres oiseaux relâchés par les chasseurs, ces « proies » qu’ils relâchent sont inadaptés à la vie sauvage et sont de toutes façons condamnées : même si elles arrivent à échapper au fusil, au renard, à l’hermine et à la belette, elles n’arriveront de toutes façons pas à s’alimenter ni à tenir face aux rigueurs de l’hiver.

 

 

Pratiques de destruction

Elle peut être piégée toute l’année, uniquement à moins de 250 mètres d’un bâtiment ou d’un élevage particulier ou professionnel ou sur des terrains consacrés à l’élevage avicole. Elle peut être également piégée sur les territoires désignés dans le schéma départemental de gestion cynégétique où sont conduites des actions visant à la conservation et à la restauration des populations de faune sauvage et nécessitant la régulation des prédateurs.

Elle peut être détruit à tir sur autorisation individuelle délivrée par le préfet dès lors que l’un au moins des intérêts mentionnés à l’article R. 427-6 du code de l’environnement est menacé entre la date de clôture générale et le 31 mars au plus tard.

 

Solutions alternatives

Hyper active du fait de sa digestion rapide, il ne faut surtout pas l’enfermer pour éviter de la pousser à attaquer. Une belette ne visite votre habitat que pour y trouver des rongeurs : si votre poulailler est entièrement grillagé, la belette ne s’y aventura pas. La présence d’une belette ne devrait donc pas être considéré comme une tragédie, mais plutôt comme un indice d’une forte présence de rongeurs dans votre habitat : pour éviter que la belette ne revienne, il faut faire en sorte que son plat favori ne s’y trouve pas.

17 juin 2017 : La belette, la pie ou la fouine ne sont plus des espèces nuisibles… dans certains départements