Fouine

Martes foina

Fouine-illustration

© Cheloniophilie.com & Thierry Griso

 

Description, cycle biologique

Sa longueur va de 40 à 54 centimètres et son poids se situe entre 1,1 et 2,3 kilogrammes. La fouine a une espérance de vie de 3 à 12 ans, l’âge maximal en liberté étant de 10 ans. En captivité ou en élevage, elle peut toutefois atteindre l’âge de 18 ans.

Leur activité est surtout nocturne.

En savoir plus sur Wikipedia ou Lelision

 

 

Raison de son statut

Il lui arrive de dévaster un poulailler lorsqu’elle est à la recherche d’œufs. Excitée par la panique créée chez les poules, elle tue tout ce qui bouge. Bien qu’elle soit essentiellement carnivore, les produits végétaux (baies et fruits) constituent une part importante de son alimentation.

La Fouine aime vivre à proximité des habitations humaines ou sous le toit des maisons. Par sa présence et son activité nocturne, elle peut déranger les habitants soit en rongeant ou en déchiquetant des matériaux isolants (gaines de câbles, isolation thermique…), soit par les cris ou cavalcades en période de rut, soit par les odeurs des déjections ou des charognes qu’elle laisse derrière elle. Elle peut aussi s’attaquer aux petits animaux d’élevage, notamment aux poulaillers, et les chasseurs lui reprochent également de tuer les mêmes proies qu’eux, ils cherchent donc à en limiter le nombre.

 

 

Pratiques de destruction

Ils peuvent être piégés toute l’année, uniquement à moins de 250 mètres d’un bâtiment ou d’un élevage particulier ou professionnel ou sur des terrains consacrés à l’élevage avicole, ou apicole dans le cas de la martre. Ils peuvent être également piégés sur les territoires désignés dans le schéma départemental de gestion cynégétique où sont conduites des actions visant à la conservation et à la restauration des populations de faune sauvage et nécessitant la régulation des prédateurs.

Ils peuvent être détruits à tir sur autorisation individuelle délivrée par le préfet dès lors que l’un au moins des intérêts mentionnés à l’article R. 427-6 du code de l’environnement est menacé entre la date de clôture générale et le 31 mars au plus tard et, pour la martre et le putois, dès lors qu’il n’existe aucune autre solution satisfaisante.

Journal Officiel du 4 juillet 2015 : la fouine est classée nuisible dans 11 nouveaux départements, 81 départements la considère nuisible désormais

 

Solutions alternatives

Il est tout à fait possible de cohabiter avec une fouine, du moment que c’est un individu seul, le dérangement ne sera qu’occasionnel : sachez être un minimum tolérant.
Le problème ne se pose que si une femelle et sa portée se trouvent chez vous, le dérangement pouvant être assez élevé durant les nuits.

Pour éviter cela, la meilleure solution reste de l’empêcher d’entrer : obstruer tout les trous (elles peuvent passer dans des trous de 5 cm de haut sur 7 de large)  et empêcher la d’utiliser les rampes d’accès comme les gouttières ou les plantes grimpantes. De préférence, faites ces opérations à la fin de l’été, quand les jeunes se sont dispersés, en octobre, et dans tout les cas, au crépuscule, une fois que la fouine est partie chasser.
Si la fouine est déjà installée, sachez qu’elles sont sensibles aux dérangements, aux bruits et aux fortes odeurs. Vous pouvez tenter différentes méthodes comme la musique forte, la déposition de mouchoirs à l’eau de Cologne ou d’autres produits naturels répulsifs.

17 juin 2017 : La belette, la pie ou la fouine ne sont plus des espèces nuisibles… dans certains départements

Exemple de cohabitation

Loulouk

J’ai déjà eu des fouines dans le grenier, mis à part le bruit rien de gênant, elles ne dégradent rien, elles sont même plutôt utiles vu que je n’ai pas de souris en ce moment dans le faux plafond, elles s’en sont surement occupées