Renard

Vulpes vulpes


Renard roux
Photo ©Fabrice CAHEZ

 

Description, cycle biologique

Son pelage est généralement roux, mais comporte des variations suivant les sous-espèces. Il peut varier du jaune-beige au marron foncé. Les parties latérales du museau, la gorge, le dessous du ventre, la face interne des membres et l’extrémité de la queue sont blancs ou du moins plus clairs que le reste de l’animal. L’extrémité des pattes est généralement noire. Les oreilles ont des poils plus clairs à l’intérieur, et sont brun foncé à noir à l’extérieur.

 

En moyenne, les adultes mesurent de 35 à 40 cm de haut au garrot et 58 à 90 cm de longueur sans la queue qui mesure elle entre 32 et 49 cm, soit plus de la moitié de son corps. Les oreilles mesurent de 7,7 à 12,5 cm et les pattes arrière de 12 à 18,5 cm.

Les Renards roux pèsent entre 2,2 et 10 kg, avec une moyenne de 7 kg pour un mâle adulte, les femelles étant généralement 15 à 20 % moins lourdes que les mâles.

L’espérance de vie des renards tourne autour des deux-trois ans, mais en captivité, ils peuvent atteindre dix-onze ans.

 

Le Renard roux est omnivore. Il consomme en moyenne l’équivalent de 600 kcal quotidiennement, soit 300 à 600 g de nourriture. Son alimentation est très variée, notamment suivant son habitat et la saison.

Sa première source de nourriture est constituée de petits vertébrés, n’excédant pas la taille d’un lapin de garenne, et qui peuvent composer pas moins de 60 % de son menu, voire plus dans certaines régions. Il a une préférence pour les petits rongeurs comme les campagnols et les souris.

Renard ete-1796
Photo ©Fabrice CAHEZ

Il peut également manger des oiseaux (principalement des passériformes, des galliformes et du gibier d’eau) et des léporidés (essentiellement des lapins de garenne). Occasionnellement il mange des insectes comme les coléoptères et les sauterelles et d’autres invertébrés comme les lombrics qu’il recueille après la pluie et qui constituent une source de protéines non négligeable.

Les Renards roux mangent parfois des végétaux, graines, champignons et fruits. En ville il ne dédaigne pas les déchets ménagers.

Le Renard roux est opportuniste et adapte son alimentation à la saison et à l’accessibilité de la nourriture. Ainsi, il mange des rongeurs au printemps, des cerises en juin-juillet, un grand nombre de criquets et coléoptères lorsque ceux-ci abondent en été, mange des champignons en automne, et se contente souvent de charognes, respectant un cycle saisonnier.

 

Le loup, le lynx, l’aigle royal ou le hibou grand-duc sont ses principaux prédateurs. En ville, des chiens et des chats peuvent s’attaquer aux petits.

En savoir plus sur Wikipedia ou Lelision

 

 

Raisons de son statut

Officiellement, il fait partie des nuisibles à cause des prédations qu’il commet sur les espèces sauvages et domestiques et des maladies qu’il peut véhiculer.

Au niveau de la prédation, on l’accuse notamment de tuer des poules. Même si ce n’est pas vraiment infondée, les poules domestiques se font de plus en plus rares, et en général, en clôturant correctement son terrain, on évite tout problème.

En réalité, le renard peut surtout consommer les animaux élevés uniquement pour la chasse, dont de nombreux oiseaux : inadaptés à la vie sauvage, ils se feront tirer dessus ou croquer par le renard dès leur première rencontre. Alors, c’est au plus chanceux ou rapide que reviendra la carcasse : les chasseurs n’étant pas partageurs, ils préfèrent éliminer la concurrence.

 

 

Nuisible, vraiment ?

En France, la rage du renard a été officiellement éliminée en 2001.

Le renard rend de grands services aux agriculteurs, il peut consommer jusqu’à 10000 campagnols par an.

Il nettoie les charognes et régule la faune en éliminant les individus malades ou inadaptés.

RenardNuisible

 

 

Pratiques de destruction

Les renards peuvent être élevés pour leur fourrure.

Au niveau destruction, de nombreuses méthodes sont utilisées : tirs, battues, enfumage, déterrage (avec ou sans chiens) et piégeage.

Il peut être détruit à tir sur autorisation individuelle délivrée par le préfet entre la date de clôture générale et le 31 mars au plus tard et au delà du 31 mars sur des terrains consacrés à l’élevage avicole ;

Entre 600000 et 1 million de renards sont tués tout les ans en France.

Vous désirez œuvrer en faveur du renard ? N’hésitez pas à donner votre avis aux consultations publiques régulièrement mises en ligne

 

13 août 2013 : Montastruc. Maître renard est attendu de pied ferme

12 février 2014 : la mode de la fourrure de renards et de visons de retour

17 au 23 février 2014 : un évènement a été crée, le Ch’tit fox day, pour tuer un maximum de renards

26 mars 2014 : les pièces à mâchoires continuent de mutiler la faune en France

1 novembre 2014 : le renard, ennemi public numéro 1 pour les chasseurs d’Audruicq

13 février 2015 : battue aux renards au bois de l’Oratoire

21 et 22 février 2015, l’évènement a été renommée « journée du goupil »

12 mars 2015 : un renard pendu à un arbre à Péronne–en-mélantois

21 mars 2015 : un renard blanc abattu dans l’Aisne

6 mai 2015 : agglo d’Angers : les renards en ligne de mire

Journal Officiel du 4 juillet 2015 : désormais, la destruction du renard par enfumage est interdite
Le renard est déclassé du statut de nuisible dans 3 départements. Il en reste donc 90 qui le considère comme nuisible….

septembre 2015, un renard a la queue coupée exposé, dès les premiers jours de chasse.

2 janvier 2016 : Deux renards pour la dernière battue de l’année

3 janvier 2016 : Le renard retiré de la liste des nuisibles, sa chasse interdite sur un département

27 janvier 2016 : Bresse : la chasse aux renards et corbeaux est récompensée afin de protéger la volaille

20 mars 2016 : Réserve naturelle du Platier d’Oye : le piégeage du renard fait débat

18 juin 2016 : Chapelle d’Huin : les mulots envahissent les champs, agriculteurs plaident pour le retour du renard

12 juillet 2016 : Un cas grave de maltraitance sur une renarde tenue en captivité 

15 juillet 2016 : La propriétaire d’une maison à Rouy a découvert un renard, installé dans son vieux fauteuil

20 juillet 2016 : Les chasseurs hantent les nuits du renard

11 septembre 2016 : Grand Est : ils veulent qu’on laisse le renard tranquille

16 septembre 2016 : Chassé et malmené par l’Homme, le renard est pourtant très utile aux écosystèmes

30 septembre 2016 : Le renard roux est-il un nuisible ?

16 octobre 2016 : La guerre aux renards, des robots et des hommes

18 octobre 2016 : Un renard retrouvé pendu à une voiture: chasseurs et non-chasseurs condamnent ce geste

19 octobre 2016 : Laissez le goupil tranquille !

1er novembre 2016 : Un renard malade et agressif se réfugie dans une maison à Flers

7 novembre 2016 : Forte mobilisation contre la chasse aux renards

17 novembre 2016 : Des renards gourmands adoptent un couple de retraités du Bas-St-Laurent

8 décembre 2016 : Maître renard cristallise les tensions

9 décembre 2016 : Polémique autour de la destruction du renard : chimie ou prédation naturelle ?

9 décembre 2016 : Une motion pour réhabiliter le renard

18 janvier 2017 : Filou, le renard dont la préfecture veut la peau

25 janvier 2017 : Chasser le renard ? Pas très rusé !

8 février 2017 : Le renard sauve sa peau… et celle du grand hamster

1er mars 2017 : La chasse au renard devrait s’intensifier dans les Ardennes

13 mars 2017 : Vosges : rififi dominical autour de la chasse à courre au renard

22 mars 2017 : Un collectif se mobilise pour le renard

11 avril 2017 : «Renard Grand Est» vient au secours de goupil

8 mai 2017 : Le renard est-il vraiment un animal nuisible ?

12 mai 2017 : Une trentaine de renards vivraient à Paris

12 mai 2017 : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le renard sans jamais oser le demander

22 mai 2017 : Le renard est-il un animal nuisible ou utile ?

 

10419510_1027811917245849_3858064544749587132_n

 

Solutions alternatives

Le renard est inoffensif pour les êtres humains. Il peut cependant le côtoyer. Pour éviter sa présence, rien de plus simple : n’exposez pas de nourriture. Sans nourriture, il ne fera que passer.
Pour évitez qu’il ne passe chez vous, la meilleure méthode reste le chien. Si vous en possédez un, le renard n’approchera pas. A défaut, l’urine de chien suffira pour le faire rebrousser chemin ou sinon, un mélange d’eau et de moutarde suffira.

 

Exemple de cohabitation

Loulouk

J’ai même eu la joie une année d’avoir une nichée quasi sous ma fenêtre, un régal pour les yeux.

De plus, les renards côtoient mes chats toute l’année, et aucun n’a été attaqué.