Corneille noire

Corvus corone

© Philippe Moës-12

Photo © Philippe Moës

 

Description, cycle biologique

Elle mesure de 44 à 52 cm de long pour un poids de 383 à 604 grammes pour les femelles et de 418 à 675 grammes pour les mâles. La majorité des oiseaux pèsent entre 540 et 650 g. Son envergure est de 88 à 104 cm.

Elle possède une robe noire brillante, des pattes noires, un bec gris foncé à noir, trapu et effilé. Les deux sexes sont identiques (pas de dimorphisme sexuel).
Sa longévité serait d’une vingtaine d’années.

Elle se nourrit surtout de cadavres, de petits animaux (en bord de mer, elle est capable de se nourrir de coquillages) et, en zone d’habitation humaine, de déchets. Elle pille également les autres nids.

En savoir plus sur Wikipedia ou Lelision

 

 

Raison de son statut

À la campagne elle craint le voisinage de l’homme qui souvent cherche à la détruire ignorant les services qu’elle lui rend ainsi qu’à l’environnement et aux rapaces nocturnes (qui utilisent leurs nids) et ne lui reprochant que les dégâts qu’elle peut occasionner aux cultures 2, mais en ville elle a su parfaitement s’y habituer, s’approchant de très près de ceux qui la nourrissent.

 

 

Pratiques de destruction

Elles peuvent être détruits à tir entre la date de clôture générale de la chasse et le 31 mars au plus tard. La période de destruction à tir peut être prolongée jusqu’au 10 juin lorsque l’un au moins des intérêts mentionnés à l’article R. 427-6 du code de l’environnement est menacé entre le 31 mars et le 10 juin et jusqu’au 31 juillet pour prévenir des dommages importants aux activités agricoles, sur autorisation individuelle délivrée par le préfet et dès lors qu’il n’existe aucune autre solution satisfaisante.

Le tir dans les nids est interdit.

La corneille noire peut également être piégée toute l’année et en tout lieu. Dans les cages à corvidés, l’utilisation d’appâts carnés est interdite sauf en quantité mesurée et uniquement pour la nourriture des appelants ;

 

Elle peut servir aussi d’épouvantail (2014)

 

Solutions alternatives

Il arrive que des corneilles picorent votre antenne ou tapent dans votre baie vitrée. Ce comportement s’explique par le reflet de la matière des éléments ; à force d’usure, les reflets diminueront et n’attireront plus les corneilles. Si vous voulez évitez d’attendre, il suffit simplement de faire en sorte que ces objets ne reflètent plus.

Les corneilles peuvent nidifier à proximité des habitations et causer une gêne sonore, lorsque toutes les occupantes s’y trouvent. Les déloger est très difficile puisqu’elles nidifient à plusieurs mètres de hauteurs. La seule solution pour éviter qu’elles ne soient trop nombreuses, c’est de limiter la zone de nidification en élaguant les arbres.
Pour le reste, le bruit des voitures devrait largement couvrir le croassement des corneilles, de même que l’isolation de votre maison, et si cela ne suffit pas, un peu de musique devrait suffire à vous détourner du bruit des corneilles qui ne dure qu’à la tombée de la nuit.

Vous désirez œuvrer en faveur de la corneille ? N’hésitez pas à donner votre avis aux consultations publiques régulièrement mises en ligne

 

19 février 2016 : L’impact des corvidés sur les populations d’oiseaux serait globalement limité

1 juin 2016 : Des corneilles mortes et d’autres aux ailes rognées servant d’appât

27 décembre 2016 : Corneilles, pies, cormorans, blaireaux et hérons dans le viseur des chasseurs (Belgique)

 

corvidesnuisibles